Nos Explorations ... en Belgique


Le Chantoir de Béron-Ry...

... plongée de la 'Flaque'



Sa 16/10/2004

Programmée à plusieurs reprises, reportées à chaque fois pour autant de bonnes raisons, la plongée -du moins l'immersion d'un plongeur- de 'la vasque' était un projet qui nous trottait dans la tête depuis longtemps. Regard sur la circulation qui doit immanquablement rejoindre Remouchamps, ce minuscule plan d'eau est situé au bas d'un ressaut étroit s'ouvrant au bout de la grande galerie.

Yves Dubois à qui nous devons la découverte de ce grand réseau du vallon des Chantoirs et avec qui nous avons souvent travaillé dans la cavité, nous avait convaincu de l'intérêt du siphon. Bien plus en aval du premier regards où nous avions attiré Luc Funcken qui avait alors (il y a déjà quelques années) plongé un puits noyé à -10 sans trouver l'amorce d'une suite, la 'Flaque' pourrait peut-être déboucher sur la voie tant recherchée vers le Rubicon. On peut rêver !

C'est dans l'espoir de lever le voile sur cette fameuse vasque que nous -membres de C7, Casa, Grps et SCB- nous retrouvons aujourd'hui à Playe, sous le pont de l'autoroute, où s'alignent les kits de matos qui devraient permettre à Robs de tenter de franchir l'obstacle. Avec Jack et Christophe à l'équipement, Capucine, Didier, Jacques, Gaëtan, Yves, Nathalie et Nicolas au portage, le site de plongée est rejoint sans problème. D'emblée, une échelle est installée dans le pertuis verticale où nous sommes heureux de constater que la mise à l'eau pourra se faire sans élargir au percuteur le passage.

Le temps d'une pause casse-croûte dans la bonne humeur et vient le moment pour Robs d'enfiler sa seconde peau et son masque. Vu la configuration étroite des lieux, il opte pour une reconnaissance sur narguilé plutôt qu'avec d'encombrantes bouteilles qui risquent de coincer. Les palmes sont également abandonnées. Concentré sur la mise en place du narguilé, il en oublie même ses plombs, ce qui lui vaut une gymnastique digne d'un niphargus. Assisté par Jacques faisant défiler le précieux tuyaux, Robert peut enfin descendre après deux essais à -4 dans ce qui s'avère être une fissure plongeante. A bout du narguilé, gêné par une visibilité quasi nulle, il en restera là pour cette tentative, d'autant qu'une douleur aux côtes commence à le gêner dans ses mouvements.

Sorti de ce que je qualifierai de piège à rats, il en conclut qu'une plongée avec des biberons placés à l'anglaise et une bonne corde comme fil d'ariane permettrait peut-être d'explorer plus en détails cet obstacle. Ce qu'acquiessa Jacques, volontaire lui aussi pour essayer de l'apprivoiser. Affaire à suivre...

Jack



(les clichés de surface sont de Gaëtan Rochez, ceux sous terre de Jack)




Dernière mise à jour 11-02-2006

Powered by NetPack