Les Carnets de C7

Histoire de la Spéléologie (essai)


Guy LARDINOIS (C7)



Lascard : gamin de LascauxPourquoi s'intéresser à l'Histoire ?

Quel est le moteur de l'évolution de la 'Spéléologie'?

Quelle légitimité, quelle influence pourra revendiquer et obtenir le 'milieu' spéléo?

Introduction

Il existe une histoire chronologique et anecdotique qui fait l'unanimité des auteurs spéléologues dans les publications à gros tirages postérieures à 1980. Elle aborde les grands événements de la préhistoire jusque l'après-guerre en se focalisant sur les récits des spéléologues français charismatiques et de leurs émules ( Martel, Casteret, de Joly, Trombe, Gèze. Chevalier...). Cette histoire à la gloire de la spéléologie a été plus ou moins copiée d'auteur en auteur au point que la lecture de ceux-ci finissent par lasser celui qui les lis les uns après les autres (1 2 6 10 11 16 ). A la décharge des auteurs, leurs publications, souvent très bien faites, devaient traiter d'autres sujets et l'histoire n'était pas toujours leur premier objectif.

Cette histoire convenue fait partie de notre patrimoine mais elle occulte le fait que l'histoire de la spéléologie est beaucoup plus riche et plus complexe que cela. Depuis deux décennies, un grand nombre d'auteurs, souvent spécialisés dans l'histoire et s'appuyant sur des recherches, corrigent cet état de fait. Les travaux étrangers et ceux de très nombreux anonymes apparaissent aussi importants dans l'évolution de la spéléologie que la contribution des monstres sacrés français. Ceux-ci ne sortent pas indemnes de ces études (3a 3e) et l'on découvre que, comme toute discipline, la spéléologie n'est pas née sans mal et en tous cas sans coup de gueule ( ce n'est pas fini). Comme nous le verrons par la suite, nous avons notre péché originel.


Remarques sur Histoire souterraine

 

L'histoire se construit à partir des écrits. Or, tous les visiteurs des temps anciens ne savaient pas tous écrire et faire en sorte que les documents nous parviennent. C'est pour cela que les premiers explorateurs connus sont souvent des notables ou des nobles.

 

A défaut d'écrit, il faut interpréter les découvertes archéologiques. Ici, le milieu souterrain nous est favorable car il est propice à la perte d'objets, il présente un grand pouvoir de conservation et représente une zone de fouille facile car circonscrite. Ce pouvoir de conservation est d'un très grand intérêt scientifique. Mais il déforme notre vision du passé: les peintures dites rupestres n'existaient elles que dans les grottes ou ne se sont elles conservées que dans les grottes (et dans le Sahara)?

 

L'histoire évolue au fil des découvertes et n'est qu'une vision partielle et déformée. A suivre...

 

Histoire Chronologique

 

Chaque spéléologue possède ou a accès à une publication sur l'histoire de la spéléologie. Il est à mon sens inutile d'en 'commettre' une supplémentaire sans apporter un plus. La lecture d'une publication est suffisante pour une culture générale. Pour en savoir plus 3 (voir biblio) est incontournable; 4,5,7,12,13 et 15 apportent des précisions spécifiques. Dans le cadre de l'exposé, cette histoire servira de trame et de référence pour développer les idées qui suivent.

 

Influence extérieure : la Démocratisation

 

1888 : les débuts de Martel correspondent à une croyance en l'avenir d'une science omnipotente portée par une élite bourgeoise sûre de son rôle d'avant-garde.

1936 : les premiers congés payés (15) permettent l'accès des ouvriers aux camps d'été, aux spéléologues qui ne sont ni rentiers, ni instituteurs, ni riches. La renaissance date de 1930.

 

Mai 68 : coïncide avec la fin des grosses équipes structurées et le début de la spéléologie individuelle. A la même époque, la voiture se démocratise. (17)

 

Les parutions des 'Martel', des 'Casteret' , des Jules Vernes dans des collections peu coûteuses favoriseront avec l'instruction obligatoire les vocations. De la même manière, les films, la télévision et la réduction du temps de travail vont favoriser l'engouement sportif et 'fun' actuel en nous ouvrant la porte des sponsors.

 

Le Vieux Campeur en 1947 (15) puis des entrepreneurs comme Petzl et Marbach vont vendre et fabriquer le matériel de façon industrielle à partir de 1970 (3d, 12, 13). Avant, chaque club disposait de son atelier de fabrication. En 20 ans, le nombre de magasins ou l'on peut s'équiper va centupler et 'notre' matériel est désormais adopté par les industriels.

 

 

Influence de la technique sur l'histoire

 

Si l'évolution technique a incontestablement permis l'évolution de la spéléologie, elle n'en est pas nécessairement la cause ni le moteur. En général, les innovations techniques préexistaient soit dans un tiroir, soit dans un autre domaine, soit à l'étranger. Ces innovations sont souvent mises en pratique par une minorité à la faveur d'un changement de mentalité. Le meilleur exemple est la technique alpine. Sans minimiser les améliorations de Dressler, Marbach, Petzl et quelques autres, on peut remarquer que tout préexistait ( bloqueurs et descendeur de Brenot 1932 testés par Chevalier en 1941) et était utilisé à l'étranger sous diverses formes (USA). Un bouleversement technique doit être soutenu par un changement de mentalité (12). Bref, être de son temps. Pierre Allain vivra ce problème en 1930 pour l'alpinisme (4). Ce n'est pas le cas des plongeurs (solitaires) qui utilisent immédiatement tout progrès quand ils ne les créent pas eux mêmes.

 

Les découvertes récentes sont souvent liées à l'usage d'explosifs. Les italiens les utilisent peu vu la situation politique de leur pays (mafia, terrorisme)(7). Ce n'est pas un hasard si la technique des percuteurs et cartouches est originaire d'Italie (Regard n°28).

 



 

Les motivations dans l'histoire

 

La survie (-450.000 / 1945)

 

La recherche d'un abri en hiver ou d'un refuge en temps de guerre représente certainement la raison du plus grand nombre d'incursions sous terre.

 

Exploitation des ressources ( ? / 1900)

 

En dehors de l'eau qui justifiera les premières explorations scientifiques, il existait une exploitation à petite échelle des dépôts de guano, dégraissant, quelques minéraux, des gisements de fossiles, d'os et d'artefacts préhistoriques (6). Cette activité s'arrêtera d'elle-même car les gisements permettent rarement une exploitation industrielle. Notons qu'au milieu du XVIII, c' était la mode de décorer une chambre de concrétions ( Châteaux de Louis II de Bavière) et d'une vitrine 'archéologique' . Certaines cavités ont donc été pillées. Notons la réfrigération naturelle des caves d'affinage du Rochefort par connexion au karst.

 

L'eau potable particulièrement facile à exploiter dans le karts justifie la continuité des recherches car cette facilité va de paire avec une faible protection contre les pollutions (Loi Martel) (3c 3e).

 

La recherche scientifique ( 1750 / ....)

 

Cette motivation apparut au début du XVIII siècle est la première non mercantile. Elle a perdu une bonne part de son influence car depuis 1935, il est reconnu que les écoulements libres (vadose) accessibles ne sont pas représentatifs du comportement hydraulique des aquifères (3e). D'autre part la recherche s'écarte progressivement du simple levé topologique. Une bonne part des recherches se font en laboratoire, à partir des forages et de l'observation des exurgences. L'aspect écologique de la protection des approvisionnements en eau potable devrait relancer l'intérêt des levés topographiques des spéléologues amateurs.

 

L'exploitation touristique ( 1300 -... )

 

On connaît son existence depuis le XII siècle (1, 2, 6). Elle permit à Martel de financer ses recherches par l'exploitation partielle de Padirac (3). L'intérêt touristique ne s'est jamais démenti. Les tours opérateurs actuels ne font que raviver une pratique ancienne.

 

Le sport et le goût de l'aventure 1837 - ... )

 

Cette motivation était probablement celle de l'esclave noir Stephen Bishop qui explora Mammouth Cave (6) dès 1837. Celle-ci prendra probablement progressivement le pas sur la motivation scientifique à partir de De Joly. Ce qui fera dire à Gèze (9) que pour toute la F.F.S., il n'y a guère que 1% de spéléologues contre 99% de 'grottistes'( terme utilisé par Martel pour se démarquer de l'équipe de De Joly (3a).) pratiquant le spéléisme.

 

Les défis actuels

 

Toute grotte découverte est inévitablement vouée à sa destruction partielle d'autant plus vite qu'elle est fréquentée et perd ainsi ses caractéristiques de conservation chères aux scientifiques. Celui qui a un jour fait de la 'première' en Belgique peut le confirmer. Or, le nombre de visiteurs ne fait que croître. Cette destruction s'effectue sur un terrain qui ne nous appartient pas (3a). C' est le 'péché originel' des spéléologues !

 

Notre avenir dépendra de notre capacité à naviguer dans notre environnement: Législatif, écologique, monde scientifique, monde sportif, monde politique, marchand (matériel et tours opérateurs) en gérant au mieux la surfréquentation. Pour être des acteurs reconnus de la société civile, nous devons nous efforcer de lui fournir les services qu'elle demande en minimisant les nuisances, en évitant de nous recroqueviller sur notre univers ludique et notre soit disant monopole sur le monde souterrain (3a), en acceptant que les scientifiques sont des professionnels et nous des amateurs ( souvent de très bons amateurs).

 

Le futur ?

 

Par essence, il est imprévisible. Pour l'illustrer, je relève deux prophéties infirmées. La réduction des sections de nos cordes, annoncée par Jo Marbach (3d) mais bloquée par les normes CE .Et celle de De Joly (3) annonçant l'usage de l'énergie atomique en spéléologie pour 1999 .

 

On peut prendre le risque d'affirmer que l'évolution de la spéléologie sera dictée par la société civile, ses modes et ses valeurs, indépendamment du milieu spéléo.

 

Nous devrons nous adapter, peut être influencer, ou ...?


 

Nous devons, à l'instar des astronomes amateurs, nous faire reconnaître comme partenaires crédibles par le monde académique.

 

entonnoir.jpg

 

Bibliographie

1 La spéléologie. Félix Trombe Collection Que sais-je? 1956 édit 24296 1956

2 La spéléologie. Eric Gilli Collection Que sais-je? 1995 (ISBN 2 13 047254 0 1995)

3 Cent ans de spéléologie Française Collectif FFS 1988 Spelunca Mémoire n° 17

3a La spéléologie : Approche épistémologique Philippe Drouin p311

3b Evolution des idées spéléogénétiques ... Ph. Renault p253

3c Histoire de la spéléologie Française B. Géze p19

3d Evolution des matériels et techniques...... G. Marbach p157

3e A la rencontre des fondateurs de la spéléo... B. Géze p113

4 Les armes légères des industries sportives Extraits de sciences et vie hors série juin 84

5 Clair obscur n° 42 1985

6 Histoire de la spéléologie Michel Siffre. Collection Les merveilles du monde souterrain.(ISBN 2-9500514-0-6 1994)

7 Grottes et spéléologie en Italie A. Buzio M. Faverjon Spelunca 61 mars 96 (ISSN 0242-1771)

8 Histoire de la spéléologie Française Rémy Limagne Ecole Française de 1988 Spéléologie

9 Histoire de la spéléologie Française Bernard Gèze

10 Le guide marabout de la spéléologie A. De Martynoff F Lambert EditionsMarabout 1975

11 Dans les cavernes du monde. JC Lalou R. Wenger Editions Mondo (ISBN 2-88168-214-6 1991)

12 La spéléologie Alpine George Marbach

13 Evolution de la technique en spéléo Mark Plehiers

14 Historique de la spéléologie mondiale Benoit Vlaemminck

15 Contribution à l'étude de l'évolution du matériel ...vue à travers la commercialisation J Chabert Proceeding of the 12 th congress of speleology La Chaux-de-Fond 1997

16 Histoire de la spéléo FFS (internet) http://www.ffspeleo.fr

17 La spéléologie au travers du temps Club spéléo Louvièrois Spéléoinfo P11-16 

 


Dernière mise à jour 19-04-2005

Powered by NetPack