'Les Horizons Cachés'

Traversée du système de Bretaye

 

Accès acqueux à la galerie ... photo

Pour voir la galerie photo, cliquez sur l'image


Rdv le samedi 4 octobre vers 11 h à Aisnes, près de Bomal pour une descente qui s'avérait assez bestiale vu le descriptif que Serge m'a commenté dans la voiture. Etroitures inondées, laminoirs trempés, réseaux aquatiques et passages noyés…Bref, malgré les avertissements, six ont quand même réussi à dégotter un morceau de caoutchouc à mettre en dessous de sa texair pour tenter l'aventure. Serge, Jack, Sabine, Michel, Alan et moi-même nous équipions sous les commentaires soutenus de Marc qui se demandait si on était bien décidés à s'y plonger. Il tenta, en vain de nous faire comprendre qu'une petite ballade et un petit verre autour du poëlle au chalet de Hotton serait mieux adapté pour nos physiques de papys. Mais rien ne fit, l'attrait de l'eau était plus fort que tout.

Le descriptif de Serge mentionnait une entrée supérieure aboutissant près de la sortie aval et permettant de shunter l'étroiture la plus sévère et de remonter le cours d'eau pour ressortir par l'amont. Bien, si c'est Serge qui le dit on ne va pas discuter…

On se lance donc gaiement dans la fosse Crahay et bloquons très rapidement sur une chaîne qui obture le passage de manière indiscutable. Après quelques jurons et vaines tentatives, force est de constater que ce n'est pas par là que l'on ira à Aqualibi !

Retour au parking, téléphone rouge avec le QG des Champs Elysées qui lui (elle) contacte l'inventeur de cette farce pour enfin répondre que cette entrée a été obturé depuis belle lurette et que cela ne sert à rien de faire le malin, il faut se mettre à la flotte de l'amont vers l'aval un point c'est tout !

Bref, après quelques regards, on se motive pour y aller pour de bon,côté perte cette fois.

Ca commence relax, quelques étroitures qui annoncent tout de suite la couleur et après une demi-heure voilà la flotte. L'évocation du passage Hara-Kiri, le premier laminpoir trempé, fera renoncer Michel et Alan qui, il faut le dire n'étaient pas très rassurés de jouer les sirènes et nous suivaient stoïquement depuis le début.

Puis c'est le festival de passages aussi étroits que mouillés (et boueux), la technique la plus adéquate consiste à se mettre sur le dos et de respirer dans quelques centimètres d'air… le sport ! (Description du site Avalon : << Passage du Président: 6 m lang, 5 cm lucht over 1,5 m afstand* Siphon de la Jonction: 10 m lang, 5 à 8 cm lucht* Passage Blubs: 2 m lang, 15 cm lucht* Passage Snorkel: 0,5m lang, 15 cm lucht* Passage des Pieds Humides… >>)

S'en suivent des passages étonnement larges, de belles galeries mais toujours les pieds dans une eau boueuse et puis ça recommence à nouveau dans la flotte. Sabine et moi n'étant pas des poissons nés commençons à la trouver un peu longue et commençons à nous lasser de ces séances de trempage-escalade-siphonage à répétition. La tension monte, on ne sait pas si on va pouvoir trouver et aussi passer le dernier passage qui nous délivrera de cet enfer on n'a vraiment pas envie de devoir refaire tout ce parcours en sens inverse ! Serge et Jack trifouillent dans tous les passages tandis que Sabine et moi regardons passer le train. Puis enfin après le dernier siphon (qu'il faut passer en apnée sur le dos sur 1.5m), une petite remontée nous amène nez à nez sur des arachnides qui en temps normal auraient fait hurler Sabine mais à ce coup l'ont talochée vers l'extérieur.

Le moral revient très vite et une dernière petite trempette dans la rivière permet de se décrasser un peu.

Arrivés aux voitures on apprend qu'il y a un stuut au chalet, une troupe de scouts y a planté le drapeau avant nous !

Mark Plehiers (CSARI)


Dernière mise à jour 19-04-2005

Powered by NetPack